Vaccins Covid-19 : pourquoi un tel secret entoure les contrats entre les gouvernements et les laboratoires pharmaceutiques

IMG
Le monde entier se bat pour obtenir des vaccins contre le coronavirus, une denrée encore trop rare et produite par trop peu de sociétés pharmaceutiques.

Les gouvernements signent des contrats avec les entreprises qui ont développé ces vaccins en un temps record, mais des informations cruciales concernant ces accords restent cachées au grand public en raison de clauses de confidentialité strictes.


Leur coût ou leur mode de distribution sont des détails qui, dans la plupart des cas, sont inconnus du public, car c'est ce qu'exigent les contrats signés par les Etats.


Au Pérou, par exemple, les négociations entre le gouvernement et Pfizer ont échoué pour cette raison. Et en Colombie, le gouvernement prétend que les clauses de confidentialité l'empêchent de proposer un calendrier de vaccination clair.


Le problème est mondial.


En réponse à une demande d'informations adressée au Parlement européen à la mi-novembre, la commissaire à la santé, Estela Kiriakides, a déclaré : "En raison de la nature hautement concurrentielle de ce marché, la Commission n'est pas légalement en mesure de divulguer les informations contenues dans ces contrats".


Et la ministre belge du budget, Eva de Bleeker, a dû retirer un message sur Twitter peu après l'avoir publié, dans lequel elle indiquait les prix des laboratoires avec lesquels l'UE avait négocié.


Outre les plaintes concernant le non-respect des engagements pris par certains fabricants de vaccins, des voix s'élèvent aujourd'hui pour réclamer une plus grande transparence sur une question vitale de santé publique.


Et la controverse continue de s'intensifier, surtout dans l'Union européenne (UE), en colère après que les laboratoires Pfizer et AstraZeneca lui ont dit qu'ils ne pourront pas fournir au bloc régional la quantité de doses initiales convenues.


Cela a conduit, selon des sources européennes citées par Reuters, à ce que Bruxelles exige des sociétés pharmaceutiques qu'elles rendent publiques les conditions des contrats et menace de contrôler les exportations de vaccins produits en Europe.


Pourquoi tant de secret ?


Une pratique courante


Selon Jonathan Garcia, expert en santé publique à l'université de Harvard aux États-Unis, "ce n'est pas nouveau ; il est courant que les contrats entre les systèmes de santé des pays et les sociétés pharmaceutiques comportent des clauses de confidentialité".


"Les laboratoires cherchent à diviser le marché afin de pouvoir négocier des prix différents avec différents pays", ajoute-t-il.


Cela leur permet de négocier avec les pays en fonction de leurs ressources, en offrant des prix plus bas aux pays pauvres ou en développement et en exigeant des montants plus élevés aux pays plus riches.


AstraZeneca a révélé que le vaccin qu'elle a développé en collaboration avec l'université d'Oxford coûtera environ 1621 FCFA à 2161 FCFA (3 à 4 dollars) par dose (deux doses sont nécessaires). Mais leur cas est pour l'instant exceptionnel.


Outre les prix, les informations sur la production et la logistique, ainsi que les clauses dites de responsabilité, sont souvent tenues secrètes.


Ces clauses prévoient les limites de la responsabilité des laboratoires en cas d'éventuels effets nocifs des médicaments et précisent que tout litige ne sera pas réglé par les tribunaux nationaux, mais par des tribunaux d'arbitrage internationaux spéciaux.


Les appels à une plus grande transparence avertissent que l'urgence de développer un vaccin contre une maladie qui a déjà fait plus de deux millions de victimes dans le monde peut avoir conduit les gouvernements à accepter des limitations de responsabilité encore plus importantes.


La stratégie d'achat de vaccins rendue publique par la Commission européenne a déclaré que "la responsabilité du développement et de l'utilisation du vaccin, y compris toute compensation spécifique requise, incombera aux États membres qui achètent le vaccin".


Le cas du Pérou


Un pays d'Amérique latine, le Pérou, est devenu un excellent exemple des problèmes liés à cette limitation de la responsabilité des entreprises pharmaceutiques.


Les négociations du gouvernement péruvien avec Pfizer pour l'achat du vaccin ont échoué parce que, selon la ministre de la Santé Pilar Mazzetti, "certaines clauses ont été identifiées qui nécessitent une analyse plus approfondie pour déterminer la compatibilité avec la loi péruvienne et la portée de la responsabilité que l'État peut assumer".


BBC Mundo a essayé de contacter Pfizer, mais n'a pas obtenu de réponse.


L'absence d'accord avec Pfizer a conduit les autorités péruviennes à chercher d'autres options, comme le vaccin du fabricant chinois Sinopharm.


Contrairement à d'autres pays de la région, tels que l'Argentine et le Chili, la vaccination n'a pas encore commencé au Pérou et les autorités n'ont pas été en mesure de fournir un calendrier ferme.


En Colombie, le gouvernement a été vivement critiqué pour ne pas avoir encore commencé à vacciner les gens et a invoqué des clauses de confidentialité pour justifier pourquoi il ne pouvait pas encore proposer une date pour commencer à vacciner les gens.


La confidentialité des contrats a cependant ses défenseurs, basés principalement sur ce qu'on appelle les "subventions croisées". En pouvant faire payer plus cher les pays riches, les laboratoires sont en mesure d'offrir des prix abordables aux pays plus pauvres.


L'économiste David Bardey a déclaré à BBC Mundo que s'il y avait une transparence dans les prix des médicaments, "il serait plus difficile pour les laboratoires de facturer des prix plus élevés aux pays riches s'ils peuvent observer des prix plus bas pour les autres pays".


"Si nous voulons que les pays plus développés paient plus, il vaut mieux que les prix ne soient pas publics", affirme l'expert, qui avertit également que les pays les plus avancés acquièrent beaucoup plus de doses qu'ils n'en ont besoin car "leurs gouvernements subissent une grande pression de l'opinion publique et cela les pousse à une sorte de nationalisme sanitaire".


Il est également souvent fait allusion au droit des entreprises de tirer profit des importants investissements qu'elles réalisent dans la recherche.


Et un troisième facteur est celui des droits de propriété intellectuelle. Un expert espagnol en santé publique, qui a préféré ne pas donner son nom, résume le rôle que jouent, selon lui, les grands laboratoires occidentaux : "défendent leurs brevets pour empêcher d'autres de les fabriquer en Inde et de les vendre à moindre coût aux pays pauvres".


Jonathan Garcia estime que les arguments en faveur de la transparence gagnent en valeur dans le contexte de la pandémie.


"Nous parlons d'une urgence sanitaire mondiale, quelque chose qui se produit tous les 100 ans, on pourrait donc s'attendre à ce que le système utilise des mécanismes beaucoup plus transparents et cherche un schéma plus coopératif. Au lieu de cela, nous constatons qu'ils sont toujours à la recherche d'un marché monopolistique et maintiennent des avantages de prix," dit-il.


Les différences d'accès aux vaccins ont fait courir au monde le risque d'un "échec moral catastrophique", comme l'a affirmé le directeur de l'Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, en précisant que les pays les plus pauvres devront attendre des années pour vacciner leurs populations.


L'histoire des épidémies montre que ce ne serait pas la première fois. C'est déjà arrivé avec la polio et la variole, des maladies qui ont été éradiquées bien plus tôt dans les pays les plus avancés.


Ou encore avec le VIH, qui décime encore de nombreuses populations africaines alors que les patients des pays dits du premier monde ont vu leur espérance de vie considérablement prolongée grâce au développement des traitements antirétroviraux.


"Les médicaments sont disponibles ; le problème, c'est leur coût", explique Garcia.


Et les pays à revenu intermédiaire, comme la plupart de ceux d'Amérique latine, ne peuvent se permettre de négocier avec des laboratoires avec l'attitude exigeante dont fait preuve l'Union européenne, un bloc de 27 pays parmi les plus prospères du monde.


Guillermo D. Olmo/BBC


(Yes)


17-Février-2021

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire