Halte à la spoliation de la concession du Pnmls : la société civile monte au créneau et alerte Félix Tshisekedi  !

IMG
Le Secrétariat exécutif du Programme national multisectoriel de lutte contre le sida crie au scandale et tient pour principal complice de l’acte ignoble de spoliation de son site le ministre de l’Urbanisme et Habitat, Pius Muabilu Mbayo.

L’affaire sur la spoliation de la concession du Programme national multisectoriel de lutte contre le sida(Pnmls) fait couler encre et salive à Kinshasa.


Le Secrétariat exécutif  du Programme national multisectoriel de lutte contre le sida a réagi au communiqué de presse émanant du ministère de l’Urbanisme et Habitat publié sur les réseaux sociaux qui selon le Pnmls est truffé des contre-vérités du ministre de l’Urbanisme et Habitat, Pius Muabilu, qui tendrait à porter des fausses accusations contre les dirigeants du Pnmls afin de dissimuler les traces de magouille du ministre.


A cet effet, à travers un point de presse tenu le mercredi, 12 mai 2021 à son  siège dans la commune de Kasa-vubu, le Pnmls par l’entremise du troisième vice-président du Conseil national multisectoriel de lutte contre le sida, organe du Pnmls, le Docteur Hilaire Nsabala Mbwolie a éclairé devant les professionnels des  médias la lanterne de l’opinion sur  la mise en place d’un réseau mafieux pour ravir la concession du Pnmls, bien de l’Etat congolais qui a été obtenu auprès du gouvernement belge et qui doit servir à l’espace d’un laboratoire du niveau 4 afin de mieux combattre la lutte contre le Vih/sida.


Le Secrétariat exécutif du Programme national multisectoriel de lutte contre le sida crie au scandale et tient pour principal complice  de l’acte ignoble de spoliation de son site le ministre de l’Urbanisme et Habitat, Pius Muabilu Mbayo. C’est ce qui a pu transparaître, souligne le Pnmls, du Permis de construire n0 MIN.URB-HAB/SG/DIV.UN/.118/JBB/2020 délivré par le ministère de l’Urbanisme et Habitat pour la réalisation des travaux d’un mur de clôture dans la parcelle sise avenue de libération ex-24 novembre n0 8361 du plan cadastral de la commune de Kasa-vubu.


En outre, le Pnmls fait remarquer que sa concession abrite le quartier général de lutte contre le sida qui est une institution publique placée sous la tutelle de la Présidence de la République, dotée de la personnalité juridique et couverte  par un certificat d’enregistrement inattaquable Vol AF 92 Folio 136 du 07/09/2011 . La surface de son site mesure 3 hectares et demi dont 1 bâti et 2 autres et demi non bâtis.


Le Pnmls tient également à préciser que ce quartier général Vih est la contribution physique de la Rdc à la lutte contre le vih/sida afin de pérenniser les interventions en faveur des personnes vivant avec le Vih(Pvvih), entendez, les adolescents et jeunes, les femmes, les populations clés et autres personnes vulnérables.


De quoi s’agit-il exactement !


Le Docteur Hilaire Nsabala a expliqué aux professionnels des médias que c’est sur base de la décision n0469/MIN.URB.HAB/SG/2006 du 04 décembre 2006 que le Secrétaire général à l’Urbanisme et Habitat de l’époque créa en toute illégalité un lotissement dit «  lotissement Fonames/Pnmls » dans la partie non bâtie, se trouvant derrière le bâtiment actuel du Pnmls.


En 2008, par arrêté ministériel n0 038/CAB/MIN.URB.HAB/IW/2008 du 19 mai 2008, le ministre de l’Urbanisme et Habitat annula carrément la décision de création dudit lotissement.


La même année, par son arrêté n0 002/CAB/MIN/AFF.Fonc/2008 du 25 novembre 2008 le ministre des Affaires foncières, de son côté décida l’expropriation des occupants de la concession Fonames/Pnmls pour cause d’utilité publique.


Face au danger qui s’annonçait et voulant sécuriser sa concession, le Pnmls déjà doté d’une personnalité juridique avait sollicité et obtenu régulièrement auprès du conservateur des Titres immobiliers et fonciers, le Vol AF 92 Folio 136 du 07/09/ 2011.


Depuis, précise Hilaire Nsabala, le Pnmls fait face à un réseau mafieux, à une entreprise criminelle bien organisée mettant à contribution un parterre d’agents de l’Etat, d’avocats, magistrats, d’officiers de la Fardc et de la police et même des ministres sans oublier des personnalités fictives créées pour le besoin de la cause.


Le cas récurrent est  celle d’une dame répondant au nom de Mwanza Safi qui revendique la propriété de la partie spoliée du site Pnmls  alors qu’en réalité elle est une personne fictive, agissant par le biais de ses avocats maître Itela Engobo Kas(avocat barreau de Kinshasa/Matete) et maître Paul Masudi Kasongo qui ont aidé la dame à obtenir des faux  en écriture.


Dans ses manœuvres, Mwanza Safi a obtenu le jugement sous le RC 24.184 qui devrait être exécuté par le Pnmls.


 Après vérification par la justice, le jugement ne figure pas dans le registre des prononcés du tribunal de grande instance de Kinshasa/Kalamu. Ce flou persiste et demeure entretenu.


Voyant venir le danger, la dame aurait revendu la concession du Pnmls  depuis le 25/11/2009 à un certain Ngonzo Sembi qui a obtenu à son tour le certificat d’enregistrement Vol.AKN14 Folio 12 du 03/01/2020 sur base du jugement par défaut sous RC 30.526 du tribunal de grands instance de Kalamu.


Pour Hilaire Nsabala,  il est temps d’arrêter avant que cette situation ne s’empire.


Par ailleurs, Il lance un appel au président de la République, Félix Tshisekedi en sa qualité du président du Cnmls afin de trouver une solution adéquate car il n’est nullement question de mettre en péril la vie des personnes vulnérables que sont les Pvvih aux profits des ennemis de la République.


Gisèle Tshijuka


(GTM/PKF)


13-May-2021

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire