Des services étatiques visés pour vente illégale des parcelles au Sud-Kivu

IMG
Les services publics de l’Etat sont dans l’œil du cyclone à Bukavu, chef-lieu du Sud-Kivu. Un collectif de la Société civile menace d’intenter une action en justice contre des structures administratives de l’Etat habituées à lotir des espaces non appropriés.

Le procès contre les services de l'État qui spolient des parcelles pour des lotissements illégaux sur des sites impropres à la construction aura cours pour très bientôt à Bukavu.


C’est ce qui ressort des recommandations issues d'un atelier de deux jours tenu du 25 au 26 août 2020 à Mont Kahuzi à Bukavu, en province du Sud-Kivu. De telles actions en justice serviront de pédagogie à l’endroit des gestionnaires fonciers, si l’on en croit les sources concordantes.


Cet atelier avait comme objectif, l'analyse du contexte sur la problématique des incendies, éboulements et naufrages en province du Sud-Kivu et s'inscrit dans le cadre de l'appui aux plans d'actions des Cadres de Concertation Provinciaux de la société civile avec l'accompagnement technique et financier de l'Union Européenne, exécuté par le Consortium Diakonia, Caritas et le Cadre de Concertation National de la Société Civile.   


Les services concernés par cette action sont entre autres : la circonscription foncière de Bukavu (cadre et titres fonciers), l'urbanisme, l'habitat, et tous les autres qui interviennent dans la livraison des documents parcellaires, afin de constituer une ligne rouge à ne pas franchir et punir les coupables.


Ce projet sera initié par le CCPSC à travers une dénonciation qui sera envoyée au procureur de la République nouvellement installé en vue de sauver la ville de Bukavu des éboulements qui endeuillent les familles pour chaque saison pluvieuse.  


Raymond Okeseleke



28-Août-2020

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire