Fête de la tabaski : la Communauté musulmane Ahmadiyya a célébré l’Aïd-ul-Adha à Kinshasa

IMG
Mon désir, mon souhait et mon objectif sont au service de l’humanité. C’est mon travail, ma foi, mon inspiration et mon chemin. Tel est l’un des couplets écrits par Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (A. S) en langue persane, fondateur de la Communauté musulmane Ahmadiyya.

La Communauté musulmane Ahmadiyya a célébré, le 20 juillet 2021 la fête de la tabaski, l’Aïd-ul-Adha et ce, conformément aux vrais enseignements du Saint Coran et du Saint Prophète Muhammad (S.A.W). En effet, cette fête est la consécration de la fin du pèlerinage à la Mecque par les musulmans du monde entier.


Dans ce cadre, la Communauté Musulmane Ahmadiyya a mis sur pied plusieurs programmes humanitaires qu’elle compte matérialiser à travers le pays. Des actions humanitaires incluant son ONG Humanity First sont mises en œuvre dans le cadre de cette célébration du Sacrifice qui commémore l'obéissance de Hazrat Ibrahim (A. S.) et de son fils Hazrat Ismail (A. S.) au commandement d'Allah.


Les actions à caractère humanitaire sont menées à travers la République Démocratique du Congo, de manière générale et dans le grand Bandundu, en particulier, pour matérialiser l’esprit philanthropique qui anime la Communauté tel que résumé par son fondateur Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (A. S) dans un de ses couplets écrits en langue persane : "Mon désir, mon souhait et mon objectif sont au service de l’humanité. C’est mon travail, ma foi, mon inspiration et mon chemin."


En effet, la célébration de la fête de Tabaski dans le Bandundu a permis à la Communauté et son ONG Humanity First de sacrifier 14 taureaux et vaches et 78 moutons et chèvres dans 90 endroits différents notamment à Bandundu ville, Mushie, Nioki, Bagata, Gemena et Basankusu.


La viande a été distribuée aux croyants, nécessiteux, pauvres, voisins, autorités sans distinction de race ou de religion.


Conformément à l'ordre coranique de nourrir l'indigent, l'orphelin et le captif pour le plaisir de Dieu, la communauté a également distribué de la viande des animaux à ces derniers.


En marge de cette solennité, la communauté a organisé, le 21 juillet, un programme à la prison centrale de Bandundu où elle a nourri plus de 300 prisonniers avec, notamment du fufu, de la viande de bœuf et du jus.


Le directeur de la prison centrale de Bandundu Bikoko Mwenga Joseph a remercié la communauté pour sa générosité envers les prisonniers de Bandundu.


Plus de 10 000 (dix mille) personnes ont été de grands bénéficiaires de ces gestes de générosité grâce à l’appui financier de la communauté et de Humanity First, une association caritative qui a pour mission de protéger la vie et la dignité humaines.


Cet organisme international, à but non lucratif, non politique et non religieux vient en aide aux personnes les plus démunies et les plus vulnérables dans plus de 55 pays. Son action comprend des projets de développement et de secours à court et à long terme, et a pour objectif de réduire la pauvreté et améliorer les conditions de vie grâce à l’assistance médicale, l’hébergement, l’assainissement et l’approvisionnement en eau, nourriture et vêtements.


Humanity First est née au Royaume-Uni en 1995 et possède aujourd’hui des filiales dans plus de 50 pays et peut compter sur un vivier mondial de plus de 2000 volontaires experts, professeurs d’informatique, ingénieurs, spécialistes en logistique, chefs de projets et médecins.


En France, Humanity First est enregistrée au statut d’association loi 1901 depuis 2003. La grande majorité des collaborateurs sont bénévoles dans le but de réduire les coûts de structure au minimum et d’investir 93 % des dons dans les actions et les projets sur le terrain. Chaque filiale concentre son action sur un certain nombre de pays précis pour assurer une coordination efficace et des opérations réussies.


Pour l’histoire, Hazrat Ibrahim (A. S.) a eu une série de rêves dans lesquels il se voyait sacrifier son fils aîné Ismail. Il en déduit que c'était peut-être la volonté de Dieu qu'il sacrifie la vie de son fils. Hazrat Ibrahim (A. S.), étant obéissant à Dieu, était sur le point de sacrifier la vie de son fils Ismail, quand Dieu lui a ordonné de s'arrêter et lui a donné la bonne nouvelle qu'il avait effectivement accompli son commandement.


C'est la fête du Sacrifice. Dieu était si content d'Ibrahim à cause de son obéissance qu'il a multiplié sa progéniture en milliards. Il a également reçu le grand honneur d'être l'ancêtre du Saint Prophète de l'Islam (S.A.W). Le jour de l'Aïd, les musulmans qui peuvent se permettre de sacrifier un animal sont invités à le faire après la prière de l'Aïd.


Raymond Okeseleke


(ROL/Yes)


21-Juillet-2021

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire