Une forte affluence de Rwandais signalée à Idjwi pour échapper à leur vaccination

IMG
Fuyant la vaccination obligatoire dans leur pays, des sujets rwandais ont traversé le lac Kivu. Ils se sont retrouvés en masse sur le territoire congolais pour trouver refuge sur l'île d'idjwi.

Une centaine de Rwandais sont arrivés ces derniers jours en République démocratique du Congo en affirmant fuir la vaccination contre le Covid-19, souvent obligatoire dans leur pays, a-t-on appris mercredi de sources locales.


Ils sont venus par petits groupes en pirogues dans le sud de l'île d'Idjwi, située sur le lac Kivu, frontalier du Rwanda et de la RDC, où les autorités cherchent toutefois à identifier formellement leur profil et les raisons de leur venue.


Une centaine de personnes


"Nous avons déjà enregistré au moins 100" de ces personnes, a indiqué à l'AFP Karongo Kalaja, administrateur du territoire d'Idjwi. "Ils arrivent mais jusque là on ne connaît pas les vraies raisons pour lesquelles ils fuient leur pays", a-t-il ajouté.


"101 de ces personnes avaient été recensées mardi par la chefferie (entité administrative) de Ntambuka", a précisé Idée Bakalu, président honoraire de la mutualité des ressortissants d'Idjwi vivant à Bukavu, chef-lieu de la province congolaise du Sud-Kivu. Esther Muratwa, présidente de la société civile d'Idjwi, a chiffré leur nombre à 123.


Ces Rwandais disent "fuir le vaccin contre le coronavirus", mais "on ne connaît pas leurs intentions", a commenté Idée Bakalu, précisant que les autorités de la chefferie avaient entamé des "démarches pour ramener ces gens chez eux".


"Leur présence nous inquiète étant donné que le motif pour lequel ils se retrouvent à Idjwi n'est pas clair", a-t-il ajouté.


Vaccination obligatoire au Rwanda


Au Rwanda, la vaccination contre le Covid-19 est obligatoire dans les transports en commun, dans les bars et restaurants ou encore lors de conférences et meetings.


Des centaines de milliers de Hutus rwandais s'étaient enfuis vers l'est de la RDC après le génocide des Tutsi de 1994. Quelque 40.000 d'entre eux étaient venus sur l'île d'Idjwi qui n'a toutefois jamais été en proie aux violences de groupes armés qui sévissent depuis dans les provinces du Sud et du Nord-Kivu.


Raymond Okeseleke


(ROL/PKF)


13-Janvier-2022

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire