Félix Tshisekedi : « Dissoudre la coalition ne va pas profiter à la population »

IMG
Le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, a accordé une interview à un échantillon de journalistes congolais à Bruxelles. Au cours de cet entretien de trois quarts d’heure, le chef de l’Etat congolais a notamment rejeté l’idée de mettre fin à la coalition FCC-CACH.

« Dissoudre la coalition reviendrait à créer une crise politique… Les crises politiques, on sait comment elles commencent, mais l'on ne sait pas comment elles se terminent. Cela pourrait faire le jeu d'un troisième larron… Cela ne va pas profiter à la population … Quand deux éléphants se battent, c'est l'herbe qui en pâtit », a répondu le président Félix-Antoine Tshisekedi à une question d’un journaliste qui se demandait pourquoi ne pas dissoudre la coalition au pouvoir si les choses ne marchent pas bien.

Evidemment, le climat est bien souvent tendu entre le Front commun pour le Congo de Joseph Kabila et le Cap pour le changement (CACH) de l’actuel président. Plusieurs dossiers politiques, notamment les propositions de réforme de l’espace judiciaire de deux députés FCC –Minaku et Sakata-, l’entérinement de Ronsard Malonda par l’Assemblée nationale comme nouveau président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ou encore les ordonnances de juillet dernier portant mise en place à la Cour constitutionnelle, ont fortement divisé les deux camps au pouvoir.

Comme souvent, Félix Tshisekedi qui a rencontré son prédécesseur il y a deux semaines, joue à l’apaisement.

« Nos négociateurs sont en pourparlers actuellement. Le vrai problème, c'est parce que nous sommes issus de deux horizons diamétralement opposés. Néanmoins, nous avons un programme commun… Nous avons seulement des approches différentes », relative-t-il devant quatre journalistes congolais : Baudouin Amba Wetshi, Cheik FITA, Francis Kakonde et Me Dona.

Par ailleurs, Félix Tshisekedi n’a pas fait dans la dentelle à propos de deux juges de la Cour constitutionnelle qui ont refusé leur permutation à la Cour de Cassation : « leur sort est déjà scellé », a-t-il martelé.

Socrate Nsimba


02-Octobre-2020

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire