Acquisition d’armes : Kinshasa doit continuer à notifier le Conseil de sécurité

IMG
Alors qu’il a besoin de doter son armée des armes pour faire face à l’insécurité dans l’Est de la République, le gouvernement congolais a vu jeudi le Conseil de sécurité proroger d’une année le régime de sanctions qui obligent les fournisseurs de la RDC de notifier préalablement au Conseil de sécurité.

Sous la houlette de la France, auteur du texte, le Conseil de sécurité des Nations unies a prorogé jeudi 30 juin d’une année le régime de sanctions imposé à la République démocratique du Congo.


Dix pays dont six nations occidentales ont voté pour cette prolongation contre seulement trois nations africaines (Ghana, Gabon, Kenya) et la Russie ainsi que la Chine qui se sont abstenues, dénonçant une violation de la souveraineté de la RDC.


Si les dix nations qui ont voté pour expriment des inquiétudes sur la « recrudescence des violences dans le nord-est du pays », leur position en faveur de cette prolongation d’une procédure lourde empêche paradoxalement la RDC de jouir pleinement de ses droits de défendre son territoire face à la menace terroriste, d’autant plus qu’elle consacre une lourdeur administrative.


Socrate Nsimba


(SNK/Yes)


01-Juillet-2022

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire