Tête-à-tête Tshisekedi - Kagame : Fatshi n’a plus droit à l’erreur

IMG
Tshisekedi devrait avoir pour bréviaire entre autre la sauvegarde de l’intangibilité du territoire national, en d’autres termes, aucun centimètre du territoire national ne sera cédé quel qu’en soit le prix à payer.

Sauf imprévu, c’est le mercredi 6 juillet que Félix Tshiskedi et Paul Kagame vont s’entretenir en tête-à-tête à Luanda sous la médiation du Président angolais Joao Lourenço, président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et médiateur désigné par le président de l’Ua, Macky Sall, pour assurer la facilitation dans la crise entre la RDC et le Rwanda.

Le mercredi 6 juillet, tous les regards seront donc tournés vers Luanda où on espère qu’à l’issue de cette rencontre la vive tension entre les deux pays voisins le Rwanda et la RDC pourra s’apaiser.

Mais déjà, on note du côté Rwandais la volonté d’amplifier la pression sur Tshisekedi pour le conditionner à faire des concessions. Cela explique la relance des hostilités sur le front où plus de 50 véhicules, selon la société civile du Nord-Kivu, transportant des militaires rwandais ont été aperçus se dirigeant vers les zones de conflit. La stratégie est connue, pendant que les politiques négocient, les militaires font parler la poudre. C’est celui qui engrange des victoires sur le terrain militaire qui impose sa loi, comme on l’a vu en Ukraine où Poutine poursuit ses conquêtes à l’Est pour se mettre en position de force lors d’éventuelles négociations.

La loi de la contradiction dialectique -qui se fonde sur la thèse et l’anti thèse- a toujours démontré qu’entre deux adversaires, celui qui cède perd en même temps. Il arrive qu’on obtienne sur la table des négociations ce qu’on n’a pas pu obtenir sur front militaire.

Félix Tshisekedi n’a pas droit à l’erreur, lui qu’on accuse d’être victime aujourd’hui de ses mauvais choix dans ses relations avec l’Ouganda de Museveni et le Rwanda de Kagame. Ces deux voisins de la RDC même en conflit parviennent à mutualiser leurs forces pour préserver leurs intérêts mesquins en RDC. L’histoire récente le démontre suffisamment. Dans ce genre de crise, seul le rapport de force compte.

Ainsi, Tshisekedi devrait avoir pour bréviaire entre autre la sauvegarde de l’intangibilité du territoire national, en d’autres termes, aucun centimètre du territoire national ne sera cédé quel qu’en soit le prix à payer. Aucun combattant des forces négatives, quel que soit son rang, ne peut intégrer l’armée loyaliste par voie de négociations. Les richesses de la RDC ne doivent donner lieu à aucun marchandage politique et ne doivent profiter qu’aux Congolais.

Les Congolais restent vigilants et tout dirigeant qui aura failli à sa mission subira la sanction des urnes. Les élections, c’est pour bientôt.

Théodore Ngangu


(TN/PKF)


05-Juillet-2022

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire