Violences à Butembo : Tshisekedi lance un appel au calme

IMG
Au cours du conseil des ministres tenu par vidéoconférence, vendredi 12 août dernier, le Président de la République démocratique du Congo a fait le point sur la situation sécuritaire tendue dans cette partie du pays, chargeant le gouvernement à assurer la sécurité du personnel onusien.

Dénonçant l’attaque dont la police fait l’objet de la part des présumés groupes rebelles Maï-Maï et autres victimes, causant 4 morts du côté des agents de l’ordre et plusieurs blessés ainsi que l’incendie des véhicules, le chef de l’Etat a présenté ses condoléances aux familles touchées et a lancé un appel au calme, d’après le ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya, dans son compte-rendu lu à la télévision nationale (RTNC).

Selon Patrick Muyaya, Félix Tshisekedi a chargé le gouvernement de prendre les dispositions qui s’imposent, notamment en assurant la sécurité du personnel de la MONUSCO aussi bien congolais qu’étranger pour faciliter la mission de cette organisation.

D’après des sources militaires locales, le drame qui a coûté la vie à 4 policiers le vendredi 12 août dernier était parti d'une résistance des civils contre le passage des véhicules onusiens à Kangothe, au nord de Butembo. Et en suite, tout a dégénéré quand les services de sécurité sont intervenus pour tenter de contenir la situation. Des manifestants ont brûlé aussi des véhicules de la police dans ces violences. La MONUSCO, de son côté, s’est dite « extrêmement préoccupée par l’hostilité grandissante » observée à Butembo, se montrant en même temps  solidaire aux forces de sécurité et aux membres de la population civile victimes de ces violences.

Dido Nsapu


(DN/PKF)


13-Août-2022

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire