Revue de la presse kinoise de ce jeudi 29 septembre 2022

IMG
Après les provinces de l’Est et du Nord-est, considérées comme l’épicentre de l’instabilité, un nouveau front s’est ouvert à l’Ouest, en témoigne FORUM DES AS. Face à l’urgence, le Cardinal Ambongo ne s’est pas reposé sur ses lauriers.

L’Agence congolaise de presse rapporte que le Cardinal Fridolin Ambongo exhorte les autorités nationales à débloquer la situation de Kwamouth. Le bulletin quotidien qui fait référence à une source onusienne, note que le Cardinal Ambongo qui dirige la province ecclésiastique de la ville de Kinshasa (Kinshasa, les provinces du Maï-Ndombe et du Kongo central), a rencontré la population au cours de sa mission pastorale de 4 jours dans le territoire de Kwamouth, au sud-est de Kinshasa.

Et de poursuivre, Kwamouth est un endroit stratégique dont ces troubles peuvent avoir de lourdes conséquences sur la sécurité du pays en général. Il est la bouche du fleuve Kwa, situé en amont de Kinshasa par rapport au fleuve Congo dans une bifurcation où viennent se rencontrer les eaux que charrient les rivières Kasaï, Kwango, Kwilu, Lukenie et le fleuve Congo, renchérit L’AGENCE CONGOLAISE DE PRESSE.

RADIO OKAPI qui évoque une tension dans le Grand Bandundu, fait savoir que le Cardinal Ambongo appelle à l’intervention de Félix Tshisekedi. Selon le média onusien, le Cardinal Fridolin Ambongo a appelé, mardi 27 septembre, à l’intervention du chef de l’Etat dans la résolution du conflit qui prévaut dans le territoire de Kwamouth (Maï-Ndombe) et qui s’est étendue dans d’autres provinces de l’ex-Grand Bandundu.

Il a lancé cet appel au retour de quatre jours de mission pastorale dans cette partie du pays. « L’autorité du pays doit faire quelque chose pour que cette situation puisse se débloquer », a déclaré le Cardinal Ambongo.

Pour RADIO OKAPI, durant sa mission pastorale de quatre jours, le Cardinal Ambongo dit avoir échangé avec les fidèles catholiques ainsi que des victimes des actes de barbarie perpétrées à Kwamouth.

L’appel de l’archevêque de Kinshasa intervient au lendemain de l’arrestation des six suspects au village Fatundu, chef-lieu du secteur de Wamba, dans le territoire de Bagata (Kwilu), avec des armes blanches. Parti du territoire de Kwamouth dans le Mai-Ndombe, le conflit meurtrier affecte les provinces du Kwilu et du Kwango.

FORUM DES AS indique que Catholiques et Protestants pour un dialogue franc des parties. Le quotidien de Limete écrit que malgré la loi électorale, il reste des préalables sur lesquels les protagonistes doivent se mettre d’accord, explique le tabloïd qui cite le Pasteur Eric Senga, porte-parole de l’ECC.

A en croire le journal, l’Eglise catholique romaine et l’Eglise du Christ au Congo (ECC), maintiennent allumée, la flamme de leur plaidoyer pour un consensus autour du processus électoral en cours au pays. Aussi, ces deux principales confessions religieuses, comptées non sans raison parmi les plus anciennes en RD Congo, poursuivent-elles leur «croisade» sur fond de dialogue avec les parties prenantes aux nouvelles élections générales prévues en 2023.

Expliquant la démarche des deux Eglises, le pasteur Eric Senga, porte-parole de l’ECC, souligne que les conciliabules qu’ils préconisent n’ont rien à voir avec le fameux partage de gâteau, dont sont coutumiers les acteurs politiques. Bien au contraire.

Selon lui, la rencontre avec les protagonistes à l’actuel processus électoral est une démarche citoyenne et traduit l’attachement des responsables de l’Eglise catholique de Rome et ceux de l’Eglise protestante au Congo, à un processus totalement dépouillé de germes d’éventuels conflits, estime FORUM DES AS.

Raymond Okeseleke


(ROL/PKF)


29-septembre-2022

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire