Présidentielle en RDC : malgré le début de la campagne, Mukwege insiste sur la candidature commune de l’opposition

IMG
En marge d’un entretien lui accordé, ce lundi 27 novembre 2023, par Mgr Melchisédech Sikuli, évêque du diocèse de Beni-Butembo, le candidat numéro 15 à la présidentielle du 20 décembre prochain a insisté sur la nécessité pour l’opposition d’avoir un candidat commun pour affronter celui du pouvoir en place. Et cela, après un appel de Katumbi à Mukwege et à Kamerhe pour le rejoindre.

Devant la presse à Butembo, ce lundi, Denis Mukwege a dénoncé les effets de la Balkanisation, notamment au niveau monétaire dans certaines parties de la RDC. C’est ainsi qu’il a relancé l’idée de la candidature commune de l’opposition en vue de maximiser les chances de l’emporter face à Félix Tshisekedi dans une élection à un seul tour.

« Quand les gens parlent de lutter contre la Balkanisation, nous ici à l’Est, nous sommes déjà en pleine Balkanisation. Quand vous avez vu des jeunes qui réclament par rapport au dollar, c’est une monnaie étrangère ! Cela démontre que nous avons perdu certaines de nos souverainetés. Et moi je pense que la meilleure façon de pouvoir changer les choses dans des élections à un seul tour, il faudrait que les candidats de l’opposition se mettent ensemble pour trouver un candidat commun, partager le programme et pouvoir l’envoyer pour qu’il affronte le candidat de la majorité », a déclaré Denis Mukwege.         

Après le ralliement du candidat Matata Ponyo à la candidature de Moïse Katumbi pour la présidentielle du 20 décembre prochain, l’autre candidat du quatuor, le camp de Denis Mukwege avait dénoncé des rumeurs sur le ralliement de son challenger à Katumbi.

Dans un post sur son compte X (ex-Twitter), Albert Moleka, conseiller spécial de Denis Mukwege, avait démenti un quelconque ralliement tout en précisant que la démarche de la candidature commune de l’opposition requiert des discussions franches et cela n’a pas été le cas à Pretoria entre les délégués de cinq candidats de l’opposition, à savoir Moïse Katumbi, Denis Mukwege, Matata Ponyo, Delly Sesanga ainsi que Martin Fayulu.

« En réaction à une campagne d'intox, nous démentons fermement un soi-disant désistement du Dr Denis Mukwege de sa candidature à l'élection présidentielle. La désignation du candidat commun requiert plus que jamais une concertation franche entre les candidats concernés. », avait écrit Albert Moleka.

Par contre, Matata Ponyo a officiellement rallié le candidat Moïse Katumbi sans attendre une convergence de programme et de choix du challenger qui doit porter l’opposition face au camp Tshisekedi. Dans une adresse vidéo le 19 novembre dernier, Matata Ponyo dit trouver dans Moïse Katumbi le ticket pouvant conduire l’opposition telle que représentée en Afrique du Sud. Il a été rejoint par deux autres candidats, Seth Kikuni Masudi et Franck Diongo Shamba.  

Dans l’entretemps, l’opposition continue de battre campagne en ordre dispersé. Moïse Katumbi a été à Bukavu ce lundi 27 novembre où il a appelé Denis Mukwege et Vital Kamerhe à se ranger derrière sa candidature. Pendant ce temps, le prix Nobel de la paix était à Butembo, Delly Sesanga à Kinshasa après son étape du grand Bandundu. Martin Fayulu, quant à lui, était récemment à Kisangani.     

Dido Nsapu


27-Novembre-2023

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire