Nouvelle variante du Covid-19 en Afrique du Sud : des scientifiques cherchent à comprendre la souche

IMG
Les scientifiques sud-africains affirment qu'il y a une "préoccupation raisonnable" que la nouvelle variante de Covid-19 qui se répand dans le pays pourrait s'avérer plus résistante aux vaccins actuellement en cours de déploiement au Royaume-Uni et ailleurs, et avertissent qu'elle rend le besoin d'un déploiement mondial des vaccins "encore plus critique".

"C'est une préoccupation théorique. Une préoccupation raisonnable... que la variante sud-africaine pourrait être plus résistante", réagit le professeur Shabir Madhi à la BBC.


Le professeur Madhi, qui a dirigé les essais du vaccin Oxford-AstraZeneca en Afrique du Sud, a répondu aux commentaires du gouvernement britannique et des scientifiques.


Il a indiqué qu'une réponse définitive viendrait probablement dans quelques semaines, à l'issue des essais approfondis qui sont déjà en cours en Afrique du Sud.


L'inquiétude vient du fait que le virus a muté bien plus que la variante britannique, et que l'une de ces mutations pourrait signifier qu'il peut échapper à l'attaque des anticorps qui combattent normalement le coronavirus.


Les vaccins apprennent à l'organisme à monter une réponse immunitaire - qui comprend la création d'anticorps - pour combattre le coronavirus, si jamais il le rencontre.


Les anticorps sont de petites protéines fabriquées par le système immunitaire qui se collent à la surface des virus, les rendant ainsi inopérants.


Si cette capacité de connexion est affaiblie, les anticorps créés suite à l'introduction d'un vaccin pourraient ne pas être aussi efficaces.


Le professeur Madhi soutient qu'il est "peu probable" que la mutation en Afrique du Sud rende les vaccins actuels inutiles, mais qu'elle pourrait "affaiblir l'impact".


Un expert en vaccins de l'université de Wits, le professeur Helen Rees, affirme : "heureusement, si d'autres modifications du vaccin devaient être nécessaires pour répondre aux nouvelles variantes, certaines des technologies vaccinales en cours de développement pourraient permettre de le faire relativement rapidement".


L'Afrique du Sud s'est récemment opposée aux suggestions du gouvernement britannique selon lesquelles sa variante était plus transmissible que celle du Royaume-Uni. Les scientifiques insistent sur le fait qu'il n'y a aucune preuve de cela, ni que les mutations ici ont rendu le virus plus mortel.


Le professeur Rees estime que l'inquiétude suscitée par les mutations en Afrique du Sud devrait renforcer la pression mondiale en faveur d'un déploiement rapide des vaccins dans le monde entier, et pas seulement dans les pays les plus riches.


"Comme les nouvelles variantes se propagent déjà dans d'autres pays, il est impératif de veiller à ce que les vaccins restent efficaces contre les nouvelles variantes", a déclaré le professeur Rees.


Le professeur Barry Schoub, qui préside le comité consultatif du gouvernement sur les vaccins, précise que les "preuves préliminaires" issues des tests ne suggèrent pas que les mutations permettraient au virus d'"échapper" à l'impact des vaccins actuels.


"Les vaccins semblent être très efficaces", dit-il, citant des tests de laboratoire qui semblent montrer que les vaccins actuels "neutralisent encore cette nouvelle variante".


Selon le professeur Madhi, les expériences de laboratoire cruciales n'ont pas encore commencé et l'efficacité des vaccins ne sera connue que "dans les prochaines semaines".


BBC


(Yes)


06-Janvier-2021

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire