Manifestation contre l'agression rwandaise à l'est de la RDC : Paralysie observée au centre ville de kinshasa

IMG
Il s'est observé ce lundi, 12 février une paralysie au centre ville de kinshasa où plusieurs magasins pour la plupart des expatriés n'ont ouvert suite au mouvement de manifestations contre l'agression rwandaise à l'Est de la République démocratique du Congo, a constaté un des reporters de Digitalcongo.cd

"Cette paralysie des activités n’est que la conséquence des manifestations qui ont éclaté le week-end dernier, ciblant les représentations diplomatiques et certaines organisations internationales, des jeunes en colère ont caillassé et incendié des véhicules appartenant à certaines ambassades et à la MONUSCO" a déclaré un des vendeurs ambulants, Timothée Kayila.

Et d'ajouter : "de l’avenue du commerce dans la commune de la Gombe au boulevard du 30 juin, les responsables des magasins sont soit absents soit sur place devant les portes fermées. La crainte est celle de se faire piller pendant les manifestations et pour des raisons de solidarité, ils s’abstiennent. Des pneus ont même été brûlés autour de l’avenue Bokassa au croisement avec celle du commerce".

L'on peut constater sur le boulevard du 30 juin des pneus brûlés et quelques manifestants avec des bandeaux blancs sur leur tête et des pancartes en main écrit nous "voulons la paix à Goma".

Même constat fait sur l'avenue des huileries où des pneus ont été également brûlés sous l'oeil observateur des policiers éparpillés le long des différents artères.

Pour rappel, le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et Francophonie, Christophe Lutundula Apala, a tenu une réunion d'urgence dimanche après-midi au Ministère des Affaires étrangères de la RDC, en présence de la cheffe de la MONUSCO et Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies, Bintou Keita, ainsi que des diplomates des chancelleries occidentales dont les infrastructures et le personnel ont été menacés lors des récentes manifestations à Kinshasa, en lien avec l’activisme du M23 soutenu par Kigali.

Lors de cette rencontre, Christophe Lutundula a exprimé les regrets du gouvernement congolais pour les actes de violence injustifiés survenus lors des manifestations, annonçant des enquêtes en cours pour identifier et sanctionner les responsables. 

Gisèle Tshijuka


12-Février-2024

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire